Tjembé Rèd


Le député UMP (Union pour un mouvement populaire) de la Drôme Hervé MARITON a obtenu aujourd’hui l’adoption par la commission des finances de l’Assemblée nationale d’un amendement made in Vatican. Ce texte maintient, au profit des seuls couples qui se marient, l’avantage fiscal dont bénéficient encore les couples qui se marient, divorcent, se pacsent ou se dépacsent et dont la suppression est prévue par l’article 57 du projet de loi de finances pour 2011.




Homophobe, familialiste, l’amendement MARITON viole le principe d’égalité entre les citoyen/nes puisqu’il établit une discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. En effet, les couples de même sexe ne peuvent toujours pas se marier en France (alors qu’ils le peuvent désormais en Afrique du Sud, en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Portugal, au Canada, en Norvège, en Suède, en Islande et en Argentine auxquels s’ajoutent Mexico D.F., Washington D.C. et cinq États des États-Unis d’Amérique : Vermont, New Hampshire, Massachusetts, Connecticut et Iowa).




En présentant son initiative comme un «encouragement à la famille durable», en évoquant le mariage comme un «choix de société» opposé au PaCS qui serait un simple «choix individuel», MARITON crache à la face des personnes homosexuelles dont les unions sont ainsi implicitement présentées comme «non-durables», «égoïstes» et pour tout dire «dangereuses pour la société».




Dimanche dernier à Barcelone, BENOÎT XVI exigeait «que l’homme et la femme qui s’unissent dans le mariage et forment une famille soient résolument soutenus par l’État». En bon petit télégraphiste, MARITON s’exécute deux jours plus tard : TJENBÉ RÈD apporte toutes ses félicitations au nouveau représentant officiel du Vatican à l’Assemblée nationale.