LGP Montpellier


Après la violente agression d'un couple de femmes à Montpellier, Act Up-Paris, CFDT Union départementale 34, Envie, Association Ghandis, LGP Montpellier, Life LGT 66, MCC Montpellier, OUTrans, les Panthères Roses, Collectif Pink freak'X et le Planning Familial lancent un cri d’alarme :

En finir avec l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie

Quelle volonté politique ? Quelle reconnaissance de la part des magistrats ?

Deux lesbiennes ont été agressées dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, à Montpellier, alors qu'elles marchaient dans la rue. Elles ont été frappées à coup de barre de fer, avec la complicité de certains passants, qui ont spontanément pris le parti des agresseurs. Le caractère lesbophobe ne peut être nié : les deux femmes ont été abordées par la question suivante : « Qui fait l'homme ? ». Un appel à témoins a été lancé, que nous relayons. Nous entendons par ailleurs tout faire pour que les agresseurs soient poursuivis.

Multiplication des violences contre les lesbiennes

Loin d'être un cas isolé, cette agression illustre la réalité de la lesbophobie en France en 2010. Cumul d'homophobie et de sexisme, la lesbophobie donne lieu à des violences de plus en plus nombreuses. Début juin, à l’issue de la Lesbian and Gay Pride de Lyon, quatre femmes arborant le rainbow flag ont été molestées, après que leurs agresseurs leur ont proposé de « les soigner ». Fin mai, un couple de femmes était agressé au bord du canal de l’Ourcq à Paris. Début mars, une lesbienne a été violée, du fait de son orientation sexuelle, à Béziers. L’an dernier, c’est à Metz qu’on relevait une plainte pour violences lesbophobes, tandis qu’un couple de femmes subissait des mois de harcèlement à Segré.

Un sentiment d'impunité entretenu par les magistrats

Les juges du TGI de Montpellier ont refusé de reconnaître le caractère homophobe de deux affaires. L'homophobie était pourtant patente : en septembre dernier, deux hommes étaient agressés à coups de marteau aux cris de « sales pédés »; en mai 2008, un pompier frappe une personne qu'il devait secourir en criant « J'en ai marre de ces pédés ». En refusant de reconnaître le caractère homophobe de ces violences, les magistrats entretiennent un sentiment d'impunité qui ne peut qu'encourager de nouvelles violences.

Où est la prévention ?

La prévention de l'homophobie est encore insuffisante. Le ministre de l'Éducation nationale doit donner des moyens concrets pour que tous les élèves, du primaire au lycée, aient accès à des séances d'information et de sensibilisation sur l'orientation sexuelle et la tolérance. Mais la prévention ne s'arrête pas à l'école. C'est à chaque éluE localE de s'engager dans des actions de ce genre, notamment en cas d'agressions homophobes répétées.

Les responsabilités politiques

Par leur silence, leur refus d'accorder aux LGBT l'égalité des droits, par leurs propos homophobes, les responsables politiques se rendent complices de tels actes. Voilà à quoi mènent les insultes répétées de Christian Vanneste cautionnées par les juges de la Cour de cassation, l’idéologie de Christine Boutin, les tirades de Gérard Longuet7, et la bienveillance de l’UMP à leur égard. Voilà le résultat de décennies de politiques menées par des gouvernements homophobes qui nous refusent « partout et toujours », l’égalité des droits. En traitant les personnes homosexuelles et les trans comme des sous-citoyenNEs, qui ne peuvent se marier, adopter, choisir leur état-civil ni même donner leur sang, les responsables politiques entretiennent la haine quotidienne qui aboutit à ces actes de violence.

Les conséquences sanitaires

L'homophobie et la transphobie ont des conséquences sur la santé et la vie des personnes LGBT. Cette haine explique que les jeunes gays soient 5 fois plus nombreux à se suicider que les hétéros. Elle a aussi des conséquences documentées en matière de lutte contre le sida : comment penser correctement à se protéger, à se dépister, à bien se soigner quand on ne cesse de vous faire comprendre que vous êtes unE sous-citoyenNE.

Nous exigeons :

  • que les responsables politiques locaux ou nationaux condamnent cette agression, et toutes les autres, systématiquement
  • que les magistrats prennent conscience que leur déni de l'homophobie engendre un sentiment d'impunité qui favorise le passage à l'acte
  • que soient mises en places des campagnes et des actions de lutte effective contre l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie
  • que soit enfin adoptée l'égalité des droits entre hétérosexuelLEs & homosexuelLEs.